Vivre l’autosuffisance comme Anton Krupicka

Le trail est un monde à part. On rencontre là probablement bien plus de phénomènes que dans d’autres sports : des gens atypiques, des gens qui sortent du lots, des gens dont on se souvient ! Anton Krupicka fait partie de ceux là : barbe fournie, cheveux longs, courant généralement torse nu avec un short ultra court, arborant un torse velu. Plus qu’un personnage, Krupicka est en fait une icône : l’incarnation de l’art de vivre l’autosuffisance ! 

Qui est Anton Krupicka ?

Anton Krupicka est un ultra traileur américain. C’est même, bien malgré lui, une star de l’ultra trail ! Il n’est peut-être pas le meilleur traileur au monde mais son aura est tellement grande que malgré des performances un peu en deçà d’extraterrestres comme Jornet ou D’Haene, il est sans aucun doute l’un des traileurs les plus célèbres.

S’il n’est pas le meilleur coureur au monde, il fait en vérité tout de même partie de l’élite, du gratin ! Il a d’ailleurs remporté la Leadville 100, l’une des courses les plus populaires des États-Unis, 2 fois.

L’icône de l’art de vivre l’autosuffisance

En plus d’être un coureur d’exception et un mec atypique, Anton Krupicka est une vraie icône, l’ambassadeur de l’autosuffisance. Comme on peut le voir dans différents reportages ou dans le film « In the high country », ce coureur se contente de peu. Tout ce qui l’intéresse est de voyager, découvrir, profiter et surtout de courir ! Anton possède un petit appartement où chaque rangement disponible est destiné à empiler ses paires de chaussures. Dans la commode, la cuisine et même le four lorsqu’il les fait sécher, on trouve des paires de chaussures ! Comme il le dit, il attache peu d’importance aux choses matérielles et préfère se concentrer sur ce qu’il y a de vraiment essentiel. L’essentiel, pour Anton, c’est surtout voyager en pickup et découvrir de nouvelles régions. Mais c’est aussi se rendre à la bibliothèque pour voyager cette fois avec l’esprit. Cet athlète illustre parfaitement la philosophie du « moins égale plus » dont j’ai déjà parlé.

Anton Krupicka, c’est l’icône de l’autosuffisance ! En effet, il se concentre sur les choses qui ont vraiment de l’importance pour lui. De plus, il lui serait assurément possible pour lui de bien mieux gagner sa vie. Cependant pour cela, il faudrait qu’il accepte de se plier à plus de contraintes de la part de ses sponsors ou durant son entraînement. Ce n’est clairement pas sa priorité : sa liberté et son indépendance priment sur une plus grande reconnaissance ou un plus gros salaire. C’est cela l’autosuffisance : se priver de choses que l’on juge superflues et privilégier son indépendance !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *