Comment courir en côte, quand ça monte ?

Quand on court en montée, la puissance à fournir augmente considérablement et le cœur monte en pulsations. C’est pourquoi, la pire erreur est d’accélérer. Certes le supplice sera de plus courte durée mais il sera alors impossible de relancer une fois le sommet atteint ! Vous verrez qu’en course, l’objectif est souvent de ne pas perdre trop de terrain sur ses adversaires lors des montées pour pouvoir relancer et les mettre KO une fois sur le plat ! (C’est très efficace 😉 ) Et même si l’on veut simplement courir contre le chrono, ou se faire plaisir, vous verrez qu’en vous bridant en montée il sera plus facile d’atteindre vos propres objectifs !

Quand ça monte un peu

Lorsque la montée est douce, la meilleur solution est de réduire sa foulée. Faites de moins grand pas en maintenant la cadence. Cette manière de faire est semblable à ce qu’un cycliste ferait en arrivant dans un long col. Il change de vitesse pour continuer à tourner les jambes rapidement. Chaque tour de pédalier le fait moins avancer que sur plat mais il continue pourtant à tourner les jambes rapidement. En arrivant en haut vous pourrez alors relancer en rallongeant la foulée.

Au moment où vous abordez ce genre de côte, n’attendez pas d’être vraiment dans le rouge pour réduire votre foulée. Ce type d’effort serait à payer plus tard et il vous sera alors impossible de relancer une fois le sommet atteint ! Par contre les quelques derniers mètre de la pente, si vous avez vraiment bien gérer la montée vous pouvez accélérer. Cela vous permettra de gagner de précieux mètres !

Quand ça monte plus fort

Quand la montée est vraiment forte la clé est de bien se connaitre pour arriver à exploiter le meilleur de soi-même. S’entraîner en côte constitue donc un atout certains ! De cette façon vous serez capable d’aborder ce type d’effort au meilleur de vous même lors de vos courses !

Au moment où les pourcentages sont importants, n’ayez pas peur de marcher ! Surtout ne vous souciez pas du regard des autres : il m’arrive souvent de marcher en montée, et j’ai même parfois droit à certaines remarques de promeneurs, mais respectez vos allures ! C’est de cette façon que vous progresserez ! Plus vous marcherez à l’entrainement et plus cela sera naturel lorsque vous devrez marcher en course !

Le but de la marche est de maintenir le niveau d’intensité constant pour ne pas se retrouver en surrégime. Il vous faudra donc connaitre parfaitement vos capacités pour savoir quand marcher et quand recommencer à courir ! Le but est d’ailleurs de savoir alterner course et marche pour maintenir le niveau d’intensité.

Quand ça monte trop fort

Lorsque le dénivelé est vraiment important, il est plus facile de s’aider des bras pour monter. Ainsi, prenez appui sur vos genoux avec vos mains et servez vous de vos tibias comme bâtons. Cette technique est souvent utilisée en trail mais doit être travaillée à l’entrainement pour être efficace ! L’achat de bâtons peut aussi constituer un bon investissement. Je n’utilise pour le moment jamais de bâtons. Tout d’abord parce que je cours peu de courses trails mais aussi parce que je n’en ai pas encore trouvé l’utilité et préfère la simplicité de ne partir qu’avec mes chaussures et une réserve d’eau.

 

Aimez-vous courir en côte ? Aimez-vous utiliser des bâtons ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *